SOTT FOCUS: Se protéger du coronavirus avec la vitamine C

Depuis plusieurs décennies, les médecins ont démontré la puissante action antivirale de la vitamine C. Cette approche efficace et réussie contre les virus en général, et les coronavirus en particulier, n’a pas été suffisamment couverte par les médias.

Vitamine C

© Inconnu
Il faut treize oranges pour obtenir un seul gramme de vitamine C ; les compléments sont donc indispensables.

La pandémie de coronavirus peut être considérablement ralentie, voire stoppée, grâce à l’utilisation immédiate et généralisée de fortes doses de vitamine C. Pour prévenir et minimiser les symptômes lorsqu’un virus attaque le corps humain, il est très important de maximiser la capacité antioxydante et l’immunité naturelle de l’organisme.

Prévenir une maladie grave est évidemment plus facile que de la soigner, encore faudrait-il le faire avec sérieux. La vitamine C peut être utilisée parallèlement à une prescription médicamenteuse lorsqu’elle est indiquée, donc, n’hésitez pas à consulter un médecin ; il n’y a pas à choisir entre les deux.

« Je n’ai encore jamais vu une grippe qui n’ait pas été guérie ou nettement améliorée par des doses massives de vitamine C. »

~ Robert F. Cathcart, Docteur en médecine

Les médecins de l’Orthomolecular Medicine News Service et de l’International Society for Orthomolecular Medicinepréconisent une méthode à base de nutriments pour prévenir ou minimiser les symptômes d’une future infection virale. Les compléments alimentaires suivants, peu coûteux, sont recommandés pour les adultes ; pour les enfants, ils doivent être réduits en fonction du poids corporel :

  • Vitamine C : 3 000 milligrammes ou plus par jour, en doses fractionnées ;
  • Vitamine D3 : 5 000 UI par jour pendant deux semaines, puis réduire à 2 000 UI par jour ;
  • Magnésium : 400 milligrammes par jour, sous forme de citrate, de malate, de chélate ou de chlorure ;
  • Zinc : 20 milligrammes par jour ;
  • Sélénium : 100 microgrammes par jour.

Plusieurs études cliniques ont démontré que la vitamine C [1], la vitamine D [2], le magnésium [3], le zinc [4], et le sélénium [5] renforcent le système immunitaire contre les virus.

Le recours à de fortes doses de vitamine C pour prévenir et combattre les maladies causées par des virus remonte aux premiers succès de la vitamine C contre la polio, signalés pour la première fois à la fin des années 1940 [6]. D’autres preuves cliniques se sont accumulées au fil des décennies et ont abouti à un protocole anti-virus publié en 1980 [7].

Il est capital de rappeler que les preuves avérées de la prévention et du traitement des infections respiratoires par la prise de vitamine C à hautes doses sont largement documentées. Ceux qui pensent que la vitamine C comporte globalement des avantages, mais que des doses massives sont inefficaces, voire quelque peu nocives, auraient tout intérêt à lire les articles originaux. Le fait d’invoquer le caractère ancien du succès de ces médecins pour rejeter leurs travaux élude une question plus importante : pourquoi les autorités gouvernementales garantes de la santé publique n’ont-elles pas officiellement présenté le bénéfice de leurs expériences cliniques, en particulier face à une pandémie virale ?

Références

Note du traducteur : Toutes les références étant en anglais, les sujets/titres ont été traduits en français et mis en gras pour être plus facilement repérés.

[1]. VITAMINE C

  • Case HS (2018) Vitamin C questions answered [« Questions & réponses à propos de la vitamine C » – NdT]. Orthomolecular Medicine News Service, http://orthomolecular.org/resources/omns/v14n12.shtml
  • Gonzalez MJ, Berdiel MJ, Duconge J (2018) High dose vitamin C and influenza: A case report [« Dose élevée de vitamine C et grippe : une étude de cas » – NdT]. J Orthomol Med. June, 2018, 33(3). https://isom.ca/article/high-dose-vitamin-c-influenza-case-report
  • Gorton HC, Jarvis K (1999) The effectiveness of vitamin C in preventing and relieving the symptoms of virus-induced respiratory infections [« L’efficacité de la vitamine C pour prévenir et soulager les symptômes des infections respiratoires provoquées par des virus » – NdT]. J Manip Physiol Ther, 22:8, 530-533. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10543583
  • Hemilä H (2017) Vitamin C and infections [« Vitamine C et infections » – NdT]. Nutrients. 9(4). pii:E339. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28353648
  • Hickey S, Saul AW (2015) Vitamin C: The real storyL’histoire vraie de la vitamine C », ouvrage non traduit en français – NdT]. Basic Health Pub. ISBN-13: 978-1591202233
  • Levy TE (2014) The clinical impact of vitamin C [« L’impact clinique de la vitamine C » – NdT]. Orthomolecular Medicine News Service, http://orthomolecular.org/resources/omns/v10n14.shtml
  • OMNS (2007) Vitamin C: a highly effective treatment for colds [« La vitamine C : un traitement très efficace contre le rhume » – NdT]. http://orthomolecular.org/resources/omns/v03n05.shtml
  • OMNS (2009) Vitamin C as an antiviral [« Les vertus antivirales de la vitamine C » – NdT]. http://orthomolecular.org/resources/omns/v05n09.shtml.
  • Taylor T (2017) Vitamin C material: where to start, what to watch [« La documentation sur la vitamine C : par où commencer, quelles sources consulter » – NdT]. OMNS, http://www.orthomolecular.org/resources/omns/v13n20.shtml
  • Yejin Kim, Hyemin Kim, Seyeon Bae et al. (2013) Vitamin C is an essential factor on the anti-viral immune responses through the production of interferon-α/β at the initial stage of influenza A virus (H3N2) infection [« La vitamine C est un facteur essentiel dans les réponses immunitaires antivirales par la production d’interféron-αβ au stade initial de l’infection par le virus de la grippe A (H3N2) » – NdT]. Immune Netw. 13:70-74. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23700397

[2]. VITAMIINE D

  • Cannell JJ, Vieth R, Umhau JC et al. (2006) Epidemic influenza and vitamin D [« Épidémie de grippe et vitamine D » – NdT]. Epidemiol Infect. 134:1129-1140. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16959053
  • Cannell JJ, Zasloff M, Garland CF et al. (2008) On the epidemiology of influenza [« L’épidémiologie de la grippe » – NdT]. Virol J. 5:29. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16959053
  • Ginde AA, Mansbach JM, Camargo CA Jr. (2009) Association between serum 25-hydroxyvitamin D level and upper respiratory tract infection in the Third National Health and Nutrition Examination Survey [« Le lien entre le taux sérique de 25-hydroxyvitamine D et l’infection des voies respiratoires supérieures dans la troisième enquête nationale sur les examens de santé et de nutrition » – NdT]. Arch Intern Med. 169:384-390. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19237723
  • Martineau AR, Jolliffe DA, Hooper RL et al. (2017) Vitamin D supplementation to prevent acute respiratory tract infections: systematic review and meta-analysis of individual participant data [« La supplémentation en vitamine D pour prévenir les infections aiguës des voies respiratoires : examen systématique et méta-analyse des données individuelles des participants » – NdT]. BMJ. 356:i6583. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28202713
  • Urashima M, Segawa T, Okazaki M et al. (2010) Randomized trial of vitamin D supplementation to prevent seasonal influenza A in schoolchildren [« Essai aléatoire de supplémentation en vitamine D pour prévenir la grippe A saisonnière chez les écoliers » – NdT]. Am J Clin Nutr. 91:1255-60. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20219962
  • von Essen MR, Kongsbak M, Schjerling P et al. (2010) Vitamin D controls T cell antigen receptor signaling and activation of human T cells [« La vitamine D régule la signalisation du récepteur de l’antigène des cellules T et régule l’activation des cellules T humaines » – NdT]. Nat Immunol. 11:344-349. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20208539

[3]. MAGNÉSIUM

  • Dean Carolyn (2017) Magnesium. OMNS, http://www.orthomolecular.org/resources/omns/v13n22.shtml
  • Dean Carolyn (2017) The Magnesium MiracleLe miracle du magnésium », ouvrage non traduit en français. Voir l’ouvrage en français : La solution magnésium, du Dr Marianne Mousain-Bosc – NdT]. 2nd Ed., Ballantine Books. ISBN-13: 978-0399594441
  • Levy TE (2019) Magnesium: Reversing DiseaseEnrayer la maladie avec la magnésium », ouvrage non traduit en français – NdT]. Medfox Pub. ISBN-13: 978-0998312408

[4]. ZINC

  • Fraker PJ, King LE, Laakko T, Vollmer TL. (2000) The dynamic link between the integrity of the immune system and zinc status [« Le lien dynamique entre l’intégrité du système immunitaire et le niveau de zinc » – NdT]. J Nutr. 130:1399S-406S. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10801951
  • Liu MJ, Bao S, Gálvez-Peralta M, et al. (2013) ZIP8 regulates host defense through zinc-mediated inhibition of NF-кB [« ZIP8 régule la défense de l’hôte par l’inhibition de NF-кB via l’intermédiaire du zinc » – (Le ZIP8 est un transporteur de fer et de zinc dont l’expression à la surface des cellules est optimisée par la charge cellulaire en fer ; Le NF-κB pour nuclear factor-kappa B est une protéine de la super-famille des facteurs de transcription impliquée dans la réponse immunitaire et la réponse au stress cellulaire.) – NdT]. Cell Rep. 3:386-400. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23403290
  • Mocchegiani E, Muzzioli M. (2000) Therapeutic application of zinc in human immunodeficiency virus against opportunistic infections [« Application thérapeutique du zinc pour lutter contre les infections occasionnelles chez les humains atteints du VIH » – NdT]. J Nutr. 130:1424S-1431S. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10801955
  • Shankar AH, Prasad AS. (1998) Zinc and immune function: the biological basis of altered resistance to infection [« Zinc et fonction immunitaire : le fondement biologique de la dégradation du mécanisme de résistance aux infections » – NdT]. Am J Clin Nutr. 68:447S-463S. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9701160

[5]. SÉLÉNIUM

  • Beck MA, Levander OA, Handy J. (2003) Selenium deficiency and viral infection [« Déficience en sélénium et infection virale » – NdT]. J Nutr. 133:1463S-1467S. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12730444
  • Hoffmann PR, Berry MJ. (2008) The influence of selenium on immune responses [« L’influence du sélénium sur les réponses immunitaires » – NdT]. Mol Nutr Food Res. 52:1273-1280. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18384097
  • Steinbrenner H, Al-Quraishy S, Dkhil MA et al. (2015) Dietary selenium in adjuvant therapy of viral and bacterial infections [« Le sélénium alimentaire dans le traitement auxilliaire des infections virales et bactériennes » – NdT] . Adv Nutr. 6:73-82. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25593145

[6]. Klenner FR. The treatment of poliomyelitis and other virus diseases with vitamin C [« Le traitement par la vitamine C de la poliomyélite et d’autres maladies virales » – NdT]. J South Med Surg 1949, 111:210-214. http://www.doctoryourself.com/klennerpaper.html

[7]. Cathcart RF. The method of determining proper doses of vitamin C for treatment of diseases by titrating to bowel tolerance [« Comment mesurer la tolérance intestinale pour établir les doses appropriées de vitamine C dans le traitement des maladies » – NdT]. Australian Nurses J 1980, 9(4):9-13. http://www.doctoryourself.com/titration.html

La médecine nutritionnelle est une médecine orthomoléculaire.
La médecine orthomoléculaire utilise une thérapie nutritionnelle sûre et efficace pour lutter contre la maladie. Pour plus d’informations : http://www.orthomolecular.org

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Article original publié le 26 janvier 2020 : Orthomolecular Medicine News Service
Traduction : Sott.net